Archives Mensuelles: avril 2013

Journée mondiale de la propriété intellectuelle

Aujourd’hui c’est la journée mondiale de la propriété intellectuelle !

L’occasion pour moi de faire la promotion d’une formation que j’ai suivie : le cours général de propriété intellectuelle, proposé par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle.

Private property (you have been warned)

Private property (you have been warned) par Adam Tinworth, CC-BY-ND 2.0 sur FlickR

Ce cours est en ligne et gratuit, très simple à suivre et permet d’avoir une vue générale et introductive sur la propriété intellectuelle.

Le contenu n’est pas parfait (mauvaises traductions de l’anglais notamment), mais je ne connais pas d’équivalent, sachant que sur le sujet, l’OMPI fait « naturellement » figure de référence. Pour vous inscrire, c’est par là :

http://www.wipo.int/academy/fr/courses/distance_learning/

Gardez le lien en note, car les inscriptions pour la session en français seront ouvertes dès le 1er juillet : pensez à l’ajouter à vos calendriers ! Pour les anglophones, la session a commencé, vous pouvez vous inscrire dès aujourd’hui.

Parler de matière juridique est toujours complexe pour les non-juristes, et appelle toujours à une grande humilité. Ce cours permet d’en avoir conscience, mais aussi de voir qu’il ne s’agit pas d’un simple brouillard ; à tout le moins il est possible de le dissiper.

Il permet enfin d’ouvrir à un regard critique sur le droit d’auteur et le copyright.

Publicités
Tagué ,

La bibliothèque numérique allemande se dote de watermarks

Le ministère de la culture allemand vient de faire l’acquisition d’un logiciel de génération de Watermark (voir actualité en allemand). Il s’agit d’un tatouage numérique, d’une « technique permettant d’ajouter des informations de copyright ou d’autres messages de vérification à un […] document numérique », d’après Wikipédia.

fingerprint

fingerprint par Jose Luis Agapito CC-BY-ND 2.0 sur FlickR

Cette technique est déjà utilisée par certains éditeurs, et permet d’assurer un suivi et un contrôle du document sans imposer de DRM, ces protections de documents qui en empêchent le partage.

Ces Watermarks seront utilisés pour marquer les documents de la Deutsche Digitale Bibliothek, l’équivalent de notre Gallica national. Cette bibliothèque numérique est en ligne (et en version Bêta) depuis novembre, et l’achat a coûté 100 000 €. Cette marque sera invisible, elle consistera seulement en l’implémentation sur les documents d’une SitMark Image [de] en cours de développement.

Mais quel est l’enjeu de cette implémentation ? En fait, la Deutsche Digitale Bibliothek se veut une réponse à Google Books, et la publicité du Watermark a été apportée par une réponse du gouvernement au parti Die Linke. C’est donc de façon fortuite que nous l’aprenons, et l’on peut se demander ce qui se passera lorsque l’Etat fédéral remarquera sur les réseaux qu’un « pirate » a partagé un document watermarké.

C’est à ma connaissance la première bibliothèque à s’emparer de ce dispositif.

Tagué , ,