Vu d’ailleurs : l’association des bibliothécaires de Suède

Voilà cinq semaines que je suis installé en Suède. Plutôt curieux de voir comment fonctionne le métier de bibliothécaire dans ce pays, j’ai adhéré à leur association nationale, la Svensk biblioteksförening.

Logo de l’association en rouge, rose, orange, vert, jaune et noir. La version rose est utilisée sur toutes les communications

Je suis loin de tout comprendre car je débute l’apprentissage du suédois, mais le fonctionnement est similaire à celui d’une autre association que je connais bien, l’ABF. Rapide tour d’horizon.

Lors de l’inscription, j’ai reçu une sorte de kit de bienvenue : le plaisir d’avoir des goodies semble partagé par tous les bibliothécaires. Jugez-en plutôt par vous-même :

IMG_2915

– le dernier numéro de la revue éditée par l’association

– un carnet de feuilles vierges

– un stylo

– un pin’s

– et la déclaration universelle des droits de l’Homme « à glisser dans sa poche ».

Pas mal, non ?

La revue

Le biblioteksbladet est une revue mensuelle d’une cinquantaine de pages disponible gratuitement en ligne http://biblioteksbladet.se/ et envoyée au format papier aux membres de l’association. Chaque mois, elle traite d’un thème en particulier à travers un dossier, mais possède également un édito, des chroniques, des pages débat, actualités … La mise en page et les graphismes, bien que sobres, sont très réussis. Ce mois-ci, le sujet était « Enfants et bibliothèques ».

Le congrès annuel

Les cent ans de l’association en GIF

Le prochain congrès (bibliotekdagarna) se tiendra début mai à Lund, dans le sud de la Suède. Le congrès a le même format qu’en France (conférences, ateliers, visites) et j’y reviendrai sûrement lors d’un prochain billet. La ministre de la culture (de Suède hein…) sera présente pour cette édition particulière car il s’agira de célébrer les 100 ans de leur association.

Le site web

Le site web de l’association adopte les même couleurs que celui de l’ABF ! Qui a dit que les bibliothécaires voyaient la vie en rose ?

Il présente des brèves, des informations sur le fonctionnement de l’association et les contacts des personnes référantes, en particulier au sein des groupes : rien que de très classique…

Le fonctionnement en groupes

L’association est divisée en 6 groupes régionaux qui recouvrent le territoire suédois (je fais partie du Väst — si j’ai bien compris).

Il y a aussi 18 groupes d’experts sur des sujets thématiques comme par exemple les bibliothèques pénitentiaires, les publics LGBT ou les services numériques et 2 groupes de travail qui participent au prix littéraire jeunesse national et collaborent avec l’association kényane des bibliothèques.

Je ne connais pas le nombre de membres mais pour un si petit pays (9,5 millions d’habitants), je trouve tout ceci impressionnant.

Pour une politique nationale des bibliothèques

La Suède possède une loi des bibliothèques (bibliotekslagen) qui a été réécrite en 2004 : elle indique déjà des priorités (publics issus de minorités, personnes dont le suédois n’est pas la langue maternelle, …) et des missions. La bibliothèque royale a un pouvoir de contrôle sur les bibliothèques publiques, même s’il y a débat sur ce qu’est une bibliothèque publique. Mais c’est visiblement insuffisant.

L’association milite pour une politique nationale des bibliothèques en Suède et présente sur son site un long texte qui défend cette idée.

Un visuel offensif : deux poings sur lequels on peut lire « Bibliothèque ! » et qu’on retrouve par exemple sur les carnets qu’ils distribuent.

Le constat d’un manque de coordination au niveau national et d’un morcellement territorial semble guider cette volonté. L’association joue déjà ce rôle, et la politique au niveau local également : il manque donc peut-être davantage de concertation générale.

Ils proposent une stratégie nationale ainsi qu’une caractérisation des missions des bibliothèques : littératie, liberté d’information, développement individuel des personnes, cohésion culturelle et sociale, capacité d’innovation de la société.

Concrètement, ils souhaitent que cette stratégie prenne forme de plusieurs façons :

– définir des indicateurs nationaux, des moyens de suivi,

– définir des actions en faveur de la lecture chez les jeunes,

– proposer une amélioration de l’accès aux services des bibliothèques (via de nouveaux services, notamment en direction des personnes empêchées),

– renforcer les infrastructures existantes pour les services numériques (expertise technique, acquisitions consortiales) afin d’améliorer le service à l’utilisateur,

– intensifier et mieux reconnaître la formation spécifique en matière de sciences de l’information et des bibliothèques ainsi que la recherche,

– permettre d’accéder librement à la recherche financée sur fonds publics : le gouvernement devrait mettre en place le modèle de l’open access en Suède et les bibliothèques ont un rôle important à jouer sur ce sujet et

– créer une agence nationale des bibliothèques qui permettrait de définir les stratégies nationales et de participer à leur mise en oeuvre.

On le voit, les questionnements ne sont pas très éloignés des nôtres. Et le tissu associatif non plus : je vous ai présenté cette association car j’y ai adhéré, mais il existe bien sûr d’autres associations comme par exemple la SFIS (800 membres), que l’on pourrait peut-être comparer en France à l’ADBS. Je vous en reparlerai dans quelques mois, quand je comprendrai davantage la langue😉

Tagué ,

2 réflexions sur “Vu d’ailleurs : l’association des bibliothécaires de Suède

  1. […] Voilà cinq semaines que je suis installé en Suède. Plutôt curieux de voir comment fonctionne le métier de bibliothécaire dans ce pays, j’ai adhéré à leur association nationale, la Svensk biblioteks…  […]

  2. Amélie dit :

    Hej!
    Je suis tombée sur ton blog via le FB de Biblioveilleur.
    Je suis bibliothécaire en région parisienne, passionnée par la Suède au point de vouloir poser mes valises là-bas pendant un temps… j’aimerais beaucoup avoir un retour d’expérience de quelqu’un qui a tenté l’aventure là-bas dans ce domaine professionnel. Les démarches pour s’installer là-bas, la difficulté de trouver un poste, etc.
    Au plaisir de papoter via email ou FB, je ne suis pas sur Twitter.
    Merci par avance collègue du Grand Nord!
    Amélie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s